25 August, 2017

Belt and road high Level Meeting for Health Cooperation: Towards a Health Silk Road-

Discussing the leadership role of china in global health at the belt and road high Level Meeting for Health Cooperation: Towards a Health Silk Road- Beijing, 18–19 August 2017.

Humbled and honored to attend this high level meeting as a delegate, in presence of Her Excellency Mrs. Liu Yandong, vice-premier of China, Minister Li Bin, Minister of the National Health and Family Planning Commission, WHO Director-General Tedros Adhanom Ghebreyesus, UNAIDS Executive Director Michel Sidibe, Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), Global Alliance for Vaccines and Immunization (GAVI), the Global Fund and dozen of Ministers of Health of developing countries. T


This forum has facilitated dialogues between Health Ministers, senior officials from national and local health authorities, high level representatives from international health organizations, experts and scholars, to reach consensus on the south-south cooperation to contribute to 2030 SDGs.

South-South cooperation between Cameroon and China- Pekin University People's Hospital

The south-south cooperation between Cameroon and China dates back from more than 40 years ago. Many Cameroonians have had the pleasure to visit the Chinese hospitals in Mbalmayo, Yaoundé and Guider, and more recently HGOPED. In the continuity of this partnership, a sharing of professional experiences between professionals from China and Cameroon occurred at the Peking University People’s Hospital, originally named Central Hospital of China located at Fuchengmen. 





PUPH is the first comprehensive western medicine hospital built on funds raised solely by Chinese Government. The exchange visit was more of a display of the Chinese performance in the specific areas of maintenance of equipment, pharmacy, medical health infrastructure and health technology.

The relationship between Cameroon-China has been characterized by numerous official visits involving top government officials from both countries. These visits always led to the reinforcement of ties through the signing of cooperation agreements. More recent years have, however, witnessed an enhancement of the extent of interaction between the two countries. President Paul Biya visited China in November 2006 and President Hu Jintao visited Cameroon in January 2007. The President of the Republic of Cameroon has received a solemn invitation from the President of the People’s Republic of China, HE XI JINPING to visit the country on a date to be agreed later. This message was delivered on Friday 3 March 2017 by the Chinese Ambassador to Cameroon.







06 August, 2017

Make Them Smile



We are very excited to have finally achieved our project titled ‘make them smile”, a one day charity event with the objective to put a smile of the faces of orphans and vulnerable children at the Reception center for children in distress of Yaoundé.
This initiative is in prelude to the celebration of Nelson Mandela day, on 18 July — the day Nelson Mandela was born---in recognition of the former South African President’s contribution to the culture of peace and freedom.
We are very grateful for the support of the US Embassy in Yaoundé, and I would like to take this opportunity to express our sincere gratitude to the US Embassy Yaoundé for their generous support through the hundreds of brand new books they have provided to feed the minds and souls of the kids, playing such an important role in making this event come to life.
We would also like to thank the contributors, who despite their busy schedule have found the time to volunteer. The gift of your time is very precious. Through your generosity dedication, enthusiasm and positive attitude we were able to have a successful and enjoyable event.
At the end of the event many requests were made including support with medicines, clothing, hospital fees for patient in need of surgery. All these information will help us to better prepare the second edition of “make them smile”.

FORMATION DES FORMATEURS DE SANTE A LA PRISE EN CHARGE INTEGREE DES MALADIES DU NOUVEAU-NE ET DE L’ENFANT (PCIMNE)

    I.         Contexte et justification

Selon l’Enquête Démographique et de Santé au Congo de 2011-2012, une tendance à la baisse du taux de mortalité infantile a été observée chez les enfants de moins de cinq ans passant de 117 pour mille en 1990 à 68 pour mille naissances vivantes en 2011, alors que les projections des Objectifs du Millénaire pour le Développement 2015 étaient fixées à 35 décès pour mille naissances vivantes.  Les causes de décès des enfants de moins de 5 ans sont : la pneumonie (25%),  la diarrhée (20%), le VIH/SIDA (9%), les blessures (7%), le paludisme (6%), et les méningites (4%).









Pour réduire de façon significative cette morbi mortalité, le pays a opté pour la Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant (PCIME) dont la mise en œuvre effective remonte au premier trimestre de l’année 2004. La PCIME est une stratégie qui associe une meilleure prise en charge des maladies les plus courantes de l’enfant (paludisme, infections respiratoires, diarrhée, affections périnatales) et certains aspects de la nutrition, de la vaccination et divers autres facteurs importants pour la santé de l’enfant. Elle vise à réduire la charge de la morbi mortalité des moins de 5 ans et favoriser une bonne croissance et un bon développement de l’enfant.
Au Congo, bien  que  l’offre de la PCIME soit disponible dans près de 70 % des CSI des dysfonctionnements sont observés avec
       (i) la non disponibilité d’intrants dont certains médicaments traceurs tels que le violet de gentiane, le zinc et surtout la SRO,
       (ii) la mauvaise qualité des services,
       (iii) l’insuffisance des ressources humaines  formées
       (iv) le manque des données statistiques.
       (V) insuffisance de partenaires
       (Vi) le départ à la retraite de la quasi-totalité des formateurs

Pour pallier à ces manquements, le Gouvernement du Congo et ses partenaires ont jugé nécessaire de relancer la PCIMNE au Congo par la formation des formateurs. En effet, Cette formation vise à former les agents de santé des établissements de santé de hôpitaux et des  centres de santé à gérer les principales maladies d'enfance (pneumonie, la diarrhée, la fièvre, la rougeole et la malnutrition) effectivement chez les enfants malades entre les âges de 0 à 5 ans d'une manière intégrée.

Les facilitateurs et le Directeur du cours se sont rendus  à Brazzaville  pour participer à la coordination et à la facilitation de la formation de formateurs en PCIME au Congo. Cet atelier de formation a eu lieu à Kintele du 24 au 29 Juillet 2017 avec l’appui des bureaux inter-pays et régional de l’OMS. L'atelier a été officiellement ouvert par le directeur de cabinet par intérim du ministre de la Santé et de la population le 25 juillet à Elonda en présence de Madame la Représentante de l’OMS au Congo Dr Fatumata Diallo.

 II.         Objectifs

L’objectif général est de doter le Ministère de la santé d’un pool de formateur en PCIMNE en vue d´assurer la mise à l´échelle de la PCIME au Congo.  Plus spécifiquement, il s’est agit de :
  1. Orienter les participants sur l´abordage de la PCIME, le matériel et la méthodologie de formation ;
  2. Doter les participants de connaissances, compétences et attitudes adéquates pour la prise en charge intégrée des maladies de l´enfant ;
  1. Présenter l’outil PEV-PCIME
  2. Convenir d'un plan concret pour le suivi post formation et la mise à échelle de la PCIMNE.

III.         Résultats Attendus

A la fin de la formation, les résultats à atteindre étaient les suivants:
·      Les participants ont acquis les connaissances du processus techniques de formation de la PCIME (matériel et méthodologie de la PCIME) ;
·      Les participants sont aptes à évaluer, classer, traiter et assurer le suivi des enfants malades de 0 - 5 ans ;
·      Les participants sont exposés à l’outil PEV-PCIME ;
·      Un plan pour le suivi post formation et la mise à échelle de la PCIME est disponible.

IV.         Déroulement du Cours


a.   Supports de travail

Les supports de travail suivants ont été utilisés : les livret des tableaux, le guide du facilitateur, les module du participants, le livret des photos, les affiches murales  et les vidéos DVD.

b.   Ressources humaines

Au total 30 participants  ont participé a la formation dont des médecins Pédiatres, des médecins généralistes et des Infirmiers.
Le profil des animateurs dont un directeur de cours, un instructeur clinique, et des facilitateurs de cours ayant une expérience considérable dans la formation de la PCIME  ont dirigé la formation.

c.    Méthodes et techniques de formation

La formation a nécessité  la mise en place de 03 classe de travail sous la supervision de trois facilitateurs internationaux accompagnés des facilitateurs locaux.
Au total, 8 modules de formation, des exercices qui intègrent photographies et  vidéos, avec plus ou moins des questions individuelles, des démonstrations, des études de cas et des jeux de rôles ont été utilises pour l’apprentissage.

Exceptés les deux premier jours de formation, les matinées ont été consacrées aux sessions cliniques dans les centres de santé de Fleuve Congo, le CSI Marien- Ngouabi et puis dans l'hôpital de Talangai.




L'atelier a combiné le travail didactique et la pratique clinique pratique. Les sessions cliniques ont permis aux participants d’ acquérir de l'expérience dans l'évaluation, la classification, l'identification du traitement et le traitement et du counseling des mères. Les après-midi ont été consacrés  au cours théorique sur le site de formation à la Résidence Elonda.

d.   Techniques d'évaluation

Plusieurs formulaires de collecte de données ont été utilisés pour évaluer le rendement des participants et aider à développer les compétences nécessaires. La liste de contrôle de groupe des signes cliniques a été utilisée pour fournir des données quantitatives, informations sur l'observation de signes cliniques particuliers.
La liste de contrôle pour la surveillance des sessions externes et des séances d'hospitalisation a été utilisée pour fournir des informations sur :
·     le  nombre d'enfants malades gérés par participant
·     le nombre de jeunes enfants malades gérés par participant
·     le nombre d'enfants ayant diverses classifications observées
·     la proportion de cas gérés sans erreurs par chaque participant
En outre, ces listes de contrôle ont été utilisées pour identifier des problèmes communs et spécifiques à chaque participant. Ils ont été utiles pour comparer les performances des participants à la fois pour les consultations externes et pour les patients hospitalisés.
L'évaluation de fin de cours a été utilisée pour déterminer les opinions des participants sur le contenu de l'atelier, méthodes de formation et techniques

  V.         Résultats du Cours

·     Nombre total de cas vus : 123 ;
·     Moyenne de cas par participant :6
·     Taux moyen de réussite :64%
·     Identification de formateurs PCIMNE potentiels sur la base de leur performance durant le cours, leur  assiduité/disponibilité, leur comportement rassurant,  et leur capacité à communiquer efficacement
·     Des attestations de participation ont été remises à la fin du cours.

VI.                Recommandations

Le cours abrégé PCIMNE de 6 jours de formation des formateurs a permis de toucher à certaines réalités et a formuler les recommandations suivantes:
·      Mise en place d’un Groupe Technique  qui bénéficiera de l’appui technique de l’OMS pour la correction et la finalisation des outils sous la coordination d’un point focal santé de l’enfant au MSP ;
·      Révision et mise à jour des outils PCIME (livret de tableaux, manuel du participant, guide animateur,  fiche de prise en charge…) ;
·      Organisation d’un atelier de consensus sur les outils révisés ;
·      Organisation un cours de 5 jours de facilitation PCIMNE aux bénéfices des formateurs potentiels identifiés ;
·      Organisation d’un cours de formation de la PCIME de 11 jours pour les agents de santé de première ligne, qui aura probablement lieu en Octobre ;
·      Suivi post formation des prestataires formés 6 à 8 semaines après la formation ;
·      Mise en place d’un Task force pour la survie de l’enfant pour apporter un appui conséquent au passage à l’échelle ;
·      Mise en œuvre de la composante communautaire de la PCIMNE pour assurer le continuum de soins .







CONCLUSION
Malgré les insuffisances notées, les objectifs de la mission ont été atteints au terme des 9 jours de séjour au Congo. Les prochaines étapes ont été  clairement définies lors de la réunion de débriefing le Samedi 29 Juillet avec Madame la Représentante de l’OMS au Congo et Monsieur le conseiller régional pour la santé de l’enfant  et de la nutrition.


17 July, 2017

‘Make them smile”, a Charity event with the objective to put a smile of the faces of orphans and vulnerable children

“It is in your hands to make of the world a better place” Nelson Mandela

We are very excited to have finally achieved our project titled ‘make them smile”, a one day charity event with the objective to put a smile of the faces of orphans and vulnerable children at the Reception center for children in distress of Yaoundé.


This initiative is in prelude to the celebration of Nelson Mandela day, on 18 July — the day Nelson Mandela was born---in recognition of the former South African President’s contribution to the culture of peace and freedom.

We spent the day with the children, caring, feeding the newborns, development of children.

We are very grateful for the support of the US Embassy in Yaoundé, and I would like to take this opportunity to express our sincere gratitude to the US Embassy Yaoundé for their generous support through the hundreds of brand new books they have provided to feed the minds and souls of the kids, playing such an important role in making this event come to life.







I would also like to thank the contributors, who despite their busy schedule have found the time to volunteer. The gift of your time is very precious. Through your generosity dedication, enthusiasm and positive attitude we were able to have a successful and enjoyable event.
At the end of the event many requests were made including support with medicines, clothing, hospital fees for patient in need of surgery. All these information will help us to better prepare the second edition of “make them smile”.





Everyone has the ability and the responsibility to change the world for the better, and Mandela Day is an occasion for everyone to take action and inspire change.

13 July, 2017

Le passage à échelle des Soins Kangourou au Cameroun

En ma qualité de Point focal National pour le passage à échelle des soins Kangourou grâce au financement innovant pour le Développement d'Impact (DIB), nous avons visité l'unité de soins Kangourou des bébés prématurés et/ou de faible poids de naissance de l’ l’hôpital Gynéco-Obstétrique et pédiatrique de Yaoundé.  

Notre descente a montré que c ‘est une méthode très appréciée par les parents, étant donné que:

• Les parents se sentent vraiment proche de leurs bébés, contrairement aux couveuses qui créent une certaine distance;

• les bébés expérimentent une bonne digestion, étant donné qu’ils sont en position verticale , contrairement aux bébés qui restent en permanence couchées dans les couveuses;

• Les bébés prennent du poids plus rapidement, ce qui réduit la durée d’hospitalisation dans le service de néonatalogie et permet une sortie plus rapide de l’hôpital, et enfin


• les soins Kangourou permettent de réduire le cout d’hospitalisation de près de 40%.


Le Cameroun est le premier pays au monde à mettre sur pieds, une obligation d’impact pour le développement (DIB) dans le domaine de la santé et de la nutrition. En Septembre 2017, le Ministère de la Santé Publique ouvrira officiellement les coins Kangourou dans 5 régions ayant des problèmes critiques de prématurité, afin de réduire la mortalité et améliorer le bien être des tous petits et de leurs parents. Le projet se déroulera sur une durée de 48 mois – Septembre 2017 -Septembre 2021.


3,5 millions de dollars US ont été levés pour le DIB avec le soutien du Fonds d'affectation spéciale pour le financement mondial (GFF), Grand Challenges Canada et Nutrition International. Reposant sur une culture du résultat, l'Obligation d'Impact pour le Développement des Soins Kangourou pourra fournir la possibilité de financer les soins Kangourou sur 4 ans et de résoudre l’épineux problème de la prématurité /faible poids de naissance qui représente la seconde cause de décès des nouveau-nés au Cameroun

En rappel, les Soins Mère Kangourou (SMK) s’adressent aux enfants dont le poids est inferieur à 2500g et consiste à maintenir de façon continue le nouveau-né sur le thorax d’un adulte en position de grenouille à l’aide d’une bande. Le porteur grâce à son métabolisme et à sa chaleur, permet au bébé d’avoir une croissance comparable à celle dans l’utérus de la mère.



08 July, 2017

Towards Universal Health Coverage in Cameroon!

After the adoption of the Universal Health Coverage 2 months ago, we proceeded this morning to the validation of health intervention packages . in total 186 interventions were prioritized. The next steps will consist of designing the process of each intervention , and later cost them.
It is an exciting time for health policy and human development in #Cameroon. Privileged to contribute to this process that will lead to better access to health for our population in particular and for the development of Cameroon in general.
Universal health coverage (UHC) means that all people and communities can use the promotive, preventive, curative, rehabilitative and palliative health services they need, of sufficient quality to be effective, while also ensuring that the use of these services does not expose the user to financial hardship.
Achieving UHC is one of the targets the nations of the world set when adopting the Sustainable Development Goals in 2015. Countries that progress towards UHC will make progress towards the other health-related targets, and towards the other goals. Good health allows children to learn and adults to earn, helps people escape from poverty, and provides the basis for long-term economic development.


06 July, 2017

National conference for top female leaders in Cameroon: Building a caucus of Cameroonian women’s civic rights advocates .







Today was the culmination of a weeklong program focused on women’s involvement in politics.The U.S Embassy Yaoundé in partnership with the Ministry of Women’s Empowerment and Family Affairs (MINPROFF) and IVF-Cam hosted a conference to energize Cameroon’s Women’s Caucus.





 The event sought to boost networks led by Cameroon’s female elected officials, notably: 21 Senators, 56 Deputies in the National Assembly, 29 Mayors, along with female Ministers and women’s civil society organizations.We attended as CSO , and leaders of an association of women professional from the 3 Northern regions of Cameroon.












In Cameroon, women makes almost 52% of the population, but women are not proportionally represented in quantity and quality in elected offices. Some issues raised that might contribute to this situation were discussed and included:
• Low access to birth certificates that leads to inability to vote, with as consequence a low participation of women to electoral process;
• Low of access to family planning that keep women at home caring for their many kids;
• Nasty women behavior towards other women;
• “Divide to conquer” A strategy used by men to weaken women’s groups;
Questions raised included
• what are the best strategies for gender regime change ?
• How do we promote women?
• How to maximize informal gathering of women like the jangui? Women are already involved in informal movement, how do we involve in them in the formal, institutional political process?

• “If you want something ask a man, if you want something done, ask a woman”