08 March, 2017

Cameroun: Premier pays en Afrique à expérimenter une obligation d’Impact pour le Développement dans le domaine de la santé et de la nutrition


Le Cameroun est ravi d’être le premier pays en Afrique à expérimenter un obligation d’ Impact  pour le  Développement  (DIB / Development Impact Bond) dans le domaine de la santé et de la nutrition.
A cet effet nous recevons, une mission internationale multi-investisseurs et multipartenaires pour la mise a échelle de la méthode Kangourou , qui permettra de sauver et contribuer au développement optimal de près de 1,600 bébés nés prématurément au cours des 4 prochaines années .



Avec les investisseurs de Worldvision Canada, Grand Challenges Canada, Micronutrients Initiative, MARSD center et la Banque Mondiale, le Cameroun établit ainsi un bel exemple de partenariat public-privé et une autre façon de fêter la JIF pour le développement de la nation.

Et plus intéressant encore sera la complémentarité établie entre ce nouveau mécanisme et le financement basé sur la performance en santé, pour une optimisation des résultats et une efficience dans l’action.

15 December, 2016

We can improve the life of Bili by providing a sustainable source of saf...

We can improve the life of Bilis by providing a sustainable source of safe drinking water!


 We can improve the life of Bili by providing a sustainable source of safe drinking water!
The population of Bili made of 2,000 inhabitants was the hardest hit by cholera epidemic in Cameroon. Our visit helped to understand that the biggest challenge they face is the lack of safe drinking water in the entire village; there is only one water source for the entire village, a pond.
Consequently both humans and animals drink at the same source; moreover animals defecate in the pond and humans clean, bathe in the pond.
The consequences are enormous such as higher drop out rate in school and less productive adults. We provided water sterilizing tablets and performed a mass deworming campaign. 
Although there is a behavioral problem, it is just unacceptable to see people in 2016 , who still lack basic and indispensable commodities like drinking water. Bili needs urgently a safe and sustainable water source and really counts on your generosity 









22 September, 2016

The 2017 Mandela Washington Fellowship, the flagship program of President Obama's Young African Leaders Initiative, is now open.

The 2017 Mandela Washington Fellowship, the flagship program of President Obama's Young African Leaders Initiative, is now open.
The website and the YALI Network Facebook page are also full of helpful tips for completing your application. Visit them to find:
Program eligibility criteria and the application instructions;
Ideas on how to summarize your accomplishments, experience and talents; and
Advice from Mandela Washington Fellows about the application process.
You have until October 26, 2016 to complete your application, and I encourage you to take your time doing so. You can save your work as you go along—then come back and review, edit, and have others proofread it. Don't press "Submit" until you are totally done! You can’t edit your application after you submit it, and you will be disqualified if you submit more than one.
Good luck!

06 August, 2016

Reflecting on the message of President Obama to Young African Leaders

As I am reflecting on the message of President Obama to Young African Leaders during the Presidential Town Hall in Washington, 9 key messages stuck with me:
1-
"You do have control over being useful and getting good work done in your communities. So stay focused on that.." 

2-
"if you want to be in politics, my advice to you would be, why? What is it that you want to do?...And whatever it is that you want to do, start doing it...And the experience you get from actually doing these things then will inform the nature of why you might want to go into politics...at the end, you will have not only the experience but also the credibility with the people you want to represent, because they’ve seen you actually do something useful.."

3-
"this isn’t a matter of what America is doing for you, this is us being partners but mainly seeing what you can do yourselves to change, transform, and build your countries....At the end of the day, your vision will have to be won by you and by your fellow countrymen and women."
4-
"too often, in too many countries around the world, the attitude of the people in charge is, I want to shut up the criticism instead of fixing the problem. And that is not good for the people, and in the end, it's not good for the president, the prime minister, those in charge. Because over time, what happens is you get -- you just hear what you want to hear."

5-
"those countries that are investing in human capital, that are training people, are going to do better -- that's the most valuable resource. There are countries that have natural resources, but if their people are not valued as the more important resource, those countries will not succeed."
6-
"it is really important for your current leadership and many of you who will be future leaders to make sure that, first and foremost, that educational infrastructure is in place.And it has be to be provided for everybody -- not just boys, but girls -- and it's got to start early, because you can't leave half of your population behind and expect that you're going to succeed."
7-
" it's not enough just to educate a population... you have to be able to create a private sector, a marketplace, where people who have a new idea, who have a new product or service, they can go out there and they can create something. And if you don't have that, then you're going to frustrate the vision and the ambitions of too many young people in your country."
8-
"I am a strong believer that government -- strong, effective, transparent government -- is a precondition for a market-based economy. You can't have one without the other"
9-
"We know the history of Africa. But now the question is, what’s the new history that we’re going to write? What are the next chapters that we’re going to write? "
I would be happy to hear your thoughts.
You can access the full speech here :

24 April, 2016

Scholarships in Epidemiology, Biostatistics & Qualitative Research Methods.

International course at the University of Antwerp, Belgium. 17 october - 25 November 2016.. Apply before May 1st 2016

Epidemiology, Biostatistics & Qualitative Research Methods

https://www.uantwerpen.be/en/rg/global-health-institute/education/ebq/

International course at the University of Antwerp, Belgium

17 october - 25 November 2016

In the fall of 2016 this course will be organised for the fourth consecutive time. It offers a profound training of six weeks on the basic principles and methods of epidemiology. An in-depth study of medical statistics with appropriate statistical methods will be integrated with the main epidemiological content. Basic principles of qualitative methods will be explained. Introductory lectures on systematic reviews, health economics and cost-effectiveness are programmed.

Throughout the course each participant will have the opportunity to work with his/her own data set (or from the organisers if not available) under the guidance of experienced tutors.  Everyone will receive a reader including necessary didactic materials (handouts, power point slides, articles, etc.).
As of this fourth edition, we can provide 13 applicants with a full scholarship, thanks toVLIR-UOS. This would include your course fee, air ticket, insurance, visa costs, accommodation and daily allowance. For eligibility criteria and application procedure, kindly go to the application page.
Download the EBQ 2016 promotional folder (PDF - 847kb)


14 February, 2016

Appels à propositions : Étude des données de base sur les nouveau-nés dans les hôpitaux camerounais


Cette demande de propositions (DP) porte sur la collecte et l’analyse de données de santé chez les nouveau-nés prématurés et ayant un faible poids à la naissance dans quelque 25 hôpitaux nationaux et régionaux au Cameroun. Ces données serviront de base de référence pour fixer des objectifs néonataux crédibles dans le cadre d’une structure d’obligations à impact sur le développement et pour mesurer le succès d’un programme de déploiement à l’échelle du modèle des soins maternels de type kangourou au Cameroun.

Le déploiement à l’échelle de ce modèle par la Kangaroo Foundation Columbia et l’élaboration parallèle d’une obligation à impact sur le développement par le MaRS Centre for Impact Investing and Social Finance Ltd sont financés par Grands Défis Canada. Cette étude des données de référence devrait commencer à la fin de mars 2016 et être achevée avant novembre 2016.
Date limite pour le dépôt d’une proposition dans le cadre de cette DP : le 26 février 2016 
Pour plus de détails et des instructions relatives au dépôt d’une proposition, cliquez sur le lien suivant:

27 January, 2016

Situation de la santé de la mère du nouveau-né et de l’enfant au Camerou...

RENFORCEMENT DES CAPACITES DE 43 PERSONNELS DES MEDIAS DES REGIONS DU CENTRE ET DE L EST EN PRODUCTION DE PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE LA MORTALITE MATERNELLE, NEONATALE ET INFANTILE



Dr Amani, Mme Soppo et Mr. Delgue regional Communication
 Dans le but d’intensifier efficacement l’information et l’éducation des ménages en particulier, et des populations des régions concernées sur les attitudes à adopter pour faire reculer la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile, et promouvoir la santé de la mère du nouveau-né et de l’enfant, un ensemble d’activités de communication et de renforcement des capacités des médias en production et en diffusion efficace des programmes de lutte contre les mortalités maternelle, néonatale et infanto-juvénile rassemblant les personnels des radios et télévisions diffusant dans les régions de l’Est et du Centre du Cameroun.
L’objectif général était de renforcer les capacités  des hommes et femmes des radios communautaires, régionales des régions de l’Est et de l’Adamaoua, et des stations radio et télévision nationales aux techniques de recherche, de collecte, de traitement et de diffusion de l’information  relative à la promotion de la santé de la mère et de l’enfant, et de lutte contre les mortalités maternelle, néonatale et infanto-juvénile. 


Travaux de groupes

Vue d'ensemble des communicateurs en formation

Au terme de cet atelier, les 43 communicateurs des radios de proximité, les stations régionales des régions de l’Est et du Centre et les chaines nationales de radio et télévision etaient capables de:
1- Maîtriser les problématiques liées à la santé de la mère et de l’enfant dans ces régions et à la promotion des pratiques familiales essentielles ;
2- Proposer des formats et genres radiophoniques (participatifs) adaptés  pour la promotion de la survie de l’enfant avec un accent sur le cycle des 1000 jours (de la grossesse au 2ième anniversaire de l’enfant), et la santé de reproduction chez la femme  
3- Renforcer leurs capacités en production radiophoniques et réaliser des programmes participatifs témoins, qui seront traduits en langues locales
4- Mettre en place un mécanisme de coordination et de suivi des radios et des programmes


Participants en studio effectuant des montages pour des microprogrammes


La méthodologie de travail s’est articule autour des axes suivants :
- Exposés et débats en plénière autour de l’état des lieux en matière de mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile, de promotion de la santé de la mère et de l’enfant et des pratiques familiales essentielles
Voici le lien sur les messages essentiels des interventions a haut impact pour la reduction de la mortalite maternelle, neonatale et infanto-juvenile MESSAGES ESSENTIELS SRMNI

- Enseignements sur les techniques professionnelles de production ;
Atelier pratique (Réalisation professionnelle) portant sur la promotion de la santé de la mère et de l’enfant et des PFE.
Descente sur le terrain (centres hospitaliers, villages, etc.) pour la collecte des informations pour les futures productions 
Mise en place d’un système de suivi des programmes radiodiffusés 

26 January, 2016

LES SOINS KANGOUROU POUR LES BEBES PREMATURES : CE QU’IL FAUT SAVOIR EN 10 POINTS

1.     C’est quoi la  prématurité ?

On parle de prématurité quand un enfant naît avant le 8ème mois de grossesse, soit 37 semaines d'aménorrhée révolues.

2.     Quelle est l’ampleur du problème ?


Chaque année, 15 millions de bébés naissent prématurément. Ces naissances prématurées représentent près de la moitié de la totalité des décès chez les nouveau-nés dans le monde. La prématurité est l'une des premières causes de décès du nouveau-né en Afrique et constitue un problème majeur de santé publique. Au Cameroun, 150.000 nouveaux nés naissent chaque année et jusqu’a 28 pour cent  d’entre eux  décèdent encore du fait de la prématurité   et de ses complications, situation qui est inacceptable.

3.     Quels sont les défis de la prématurité dans notre contexte ?

Tous les nouveau-nés sont vulnérables, mais les bébés prématurés le sont encore plus.  Les naissances prématurées dans notre contexte sont  associées à de nombreux défis : des soins intensifs onéreux,   des  possibilités de transfert ou de référence  souvent limitées, des ressources de plus en plus rares, des incubateurs qui font cruellement défaut, une rareté de formations sanitaires  qui disposent des technologies de pointe pour la prise en charge  adéquate  des prématurés.

4.     Quels sont les problèmes des bébés nés prématurés ?

Les problèmes auxquels sont confrontés les bébés prématurés sont essentiellement du fait des mécanismes d’adaptation à la vie extérieure insuffisamment développés ; il est fréquent de noter des troubles  digestifs, des troubles respiratoires, mais surtout  l’hypothermie.  L’hypothermie en simple termes  est l’ abaissement de la température corporelle centrale ou un refroidissement du corps au dessous de 35° Celsius.  Cette hypothermie peut entraîner de nombreuses maladies et aller jusqu’au  décès.

5.     Que faut-il faire pour éviter cette hypothermie?

Les mesures préventives consistent à réduire la perte de chaleur et à apporter une chaleur supplémentaire à l'aide de sources externes. Il faudrait donc  créer un environnement qui maintienne cette chaleur, d’où l’existence des couveuses ou des méthodes alternatives telle que la méthode Kangourou.

6.     C’est quoi la méthode Kangourou ?

Jeune mamman portant portant son nouveau ne premature selon la methode Kangourou
L’OMS définit la méthode «mère-kangourou» comme  une méthode de soin des nourrissons prématurés pesant moins de 2 kg. Elle se caractérise par l’allaitement maternel exclusif et fréquent, le contact peau à peau entre la mère et l’enfant et le soutien à la paire mère-nourrisson.  

7.     Quels sont les avantages de cette  méthode Kangourou ?

Les travaux de recherche démontrent que: la méthode « mère kangourou » est au moins équivalente aux soins en couveuses,  du point de vue de la sécurité et de la protection thermique.  Contrairement à la couveuse, c’est moins coûteux, mais il faut le préciser, c’est pour les bébés prématurés stables qui peuvent s’alimenter normalement. Elle  permet de réduire de 40% le risque de décès des bébés prématurés . Cette méthode est facile à appliquer,  permet de développer un lien affectif entre le bébé et les parents,  est accessible quelque soit l’endroit où l’on se trouve et procure une supervision constante du bébé.  De plus les bébés  peuvent quitter l'hôpital assez rapidement car les parents  peuvent continuer de la pratiquer à la maison. En somme, la méthode Kangourou se veut l’un des instruments clé dans l’arsenal de la riposte contre la mortalité néo-natale d’où la recommandation de cette méthode  par l’OMS pour améliorer la survie des prématurés et accélérer la réduction de la mortalité néonatale.

8.     Ya t- il des inconvénients à  la méthode Kangourou ?

Inconvénients pas en tant que tel mais beaucoup plus des contraintes. En effet, le fait qu’il faille porter le bébé sur sa poitrine quasiment 24h/24 peut être contraignant, surtout si les mères n’ont pas un appui adéquat à domicile .Toutefois, les avantages qu’offrent la méthode Kangourou surpassent les contraintes.


9.     Quelle est la bonne position pour le Kangourou ? 

Le préalable est que  l'état de bébé soit stabilisé, c’est-à-dire qu’il ait atteint son autonomie respiratoire et qu’il soit capable de téter et déglutir de façon coordonnée. Le bébé  est placé entre les seins de la mère dans une position verticale, poitrine contre poitrine, la tête du bébé doit être tournée sur le côté, dans une position bien étendue,  les hanches pliées et les jambes écartées comme une grenouille; les bras devraient également être repliés. Le bébé est ainsi soutenu en position verticale par une sangle élastique ou une bande de Lycra en coton.

10.  Quelles sont les perspectives pour la méthode Kangourou au Cameroun ?

Les travaux de recherche et l’expérience montrent que les mères aiment les soins « kangourou » une fois qu’elles se sont familiarisées avec cette pratique, cependant la méthode reste encore très peu connue par les populations et les personnels de santé . Bien que la méthode Kangourou soit déjà pratiquée dans certaines formations sanitaires, il faudrait plus la vulgariser en intensifiant la communication pour  éduquer les populations sur  la méthode.


Un dernier message à l’endroit des parents ?
La prématurité est un risque pour toutes les grossesses mais avoir un bébé prématuré ne doit plus être une fatalité. Le Kangourou est une affaire de tous et de chacun .Toutes les mères peuvent offrir des soins « kangourou », quelque soit leur âge, leur parité, leur éducation, leur culture , mais elle ont besoin du soutien de la famille et  de la communauté. Tout ceci permettra de consolider la relation famille -bébé mais aussi d’améliorer la survie des bébés prématurés au Cameroun.